Mondiaux d'Oslo

24 février 2011 09:22; Act: 24.02.2011 09:56 Print

Une carte à jouer pour Cologna jeudi en sprint

Dario Cologna entame ses travaux d'Hercule jeudi par le sprint, l'épreuve où il est le moins attendu mais qui peut réserver une belle surprise.

storybild

«Auand j'enfile un dossard, je donne tout», affirmait Dario Cologna. (Photo: Keystone)

Sur ce sujet
Une faute?

«Quand je prends le départ, je ne vise pas une 7e place», déclare le Grison quand on l'interroge sur ses ambitions pour cette course d'ouverture.

Ce sprint sur un parcours varié et relativement technique, parsemé de plusieurs montées dont une raide, peut fort bien convenir au numéro 1 mondial, auteur il y a deux mois à Davos de son premier podium en Coupe du monde sur un sprint en skating (3e). Psychologiquement, l'importance de la première course des Mondiaux n'est pas à négliger, histoire de marquer son territoire et de se rassurer si besoin est.

«Ce sera très difficile de décrocher une médaille, car beaucoup de choses peuvent arriver en sprint», relève Cologna en songeant aux risques de chute et de bousculade. «Mais quand j'enfile un dossard, je donne tout.» Pas question donc pour lui de se ménager en prévision de ses prochaines épreuves, à commencer par la poursuite sur 30 km dimanche dont il sera l'un des grands favoris. Il a encore montré avec son succès au Tour de Ski qu'il n'avait pas à craindre l'accumulation des efforts.

Vitesse et endurance

Le skieur de Müstair se souvient aussi qu'aux Mondiaux 2009 à Liberec, c'est le sprint, contre toute attente, qui lui avait le mieux réussi (4e). Cologna fait partie de ces fondeurs très endurants qui ont intérêt à ce que la course se dispute sur un rythme élevé. L'addition des tours (prologue, puis quarts de finale pour les 30 meilleurs, demi-finales et finale si tout va bien) use les organismes et fait que seuls les champions à la fois véloces et résistants peuvent émerger au final.

Des athlètes polyvalents comme Cologna, le Suédois Marcus Hellner ou le Norvégien Petter Northug peuvent donc très bien contrarier les sprinters purs. Au nombre de ces derniers figurent trois autres Suisses: Martin Jäger, Jöri Kindschi et Christoph Eigenmann.

Jäger, auteur début février à Rybinsk du meilleur résultat de sa carrière avec une 4e place, sera un outsider intéressant. Le jeune Grison de 23 ans a ressenti des progrès à l'entraînement ces dernières semaines et commence à bien digérer les séances intensives dictées par le nouvel entraîneur des sprinters Tor Arne Hetland.

Bucher presque à domicile

Le Davosien Kindschi, 24 ans, dispute tout comme Jäger son premier grand Championnat en élite. Robuste, il aura comme objectif minimal une place en quarts de finale. Idem pour le routinier Christoph Eigenmann (31 ans), auteur d'une 8e place en ouverture de saison à Düsseldorf. Le garde-frontières saint-gallois, avec son expérience, peut tirer parti des nombreux changements de position qu'impose ce tracé.

Chez les dames, Silvana Bucher s'élance avec la confiance que lui insuffle sa 6e place de l'an dernier sur ce même parcours, en Coupe du monde. Etablie en Norvège avec son mari, la Lucernoise évolue en outre presque à domicile. La Davosienne Laurien van der Graaf, en gros progrès et qui débute cet hiver au plus haut niveau, skiera sans pression.

(ats)