Championnat du monde

03 mai 2012 22:48; Act: 03.05.2012 23:02 Print

Granlund veut briller à domicile

par Jean-Philippe Pressl-Wenger, Helsinki - L'an passé, l'attaquant finlandais de 20 ans avait illuminé le Mondial de sa classe. Cette année, il aimerait continuer à «s'amuser».

Le fameux «airhook» de Mikael Granlund lors du dernier Mondial.
Sur ce sujet
Une faute?

C’est un poison. Auteur de neuf points en autant de rencontres durant le championnat du monde 2011, Mikael Granlund compte déjà un titre mondial à son palmarès. Son but spectaculaire – un «airhook» – en demi-finale contre la Russie avait fait le tour du web.

En fin de contrat à Helsinki, il rejoindra l’Amérique du Nord et, peut-être, la NHL (Minnesota), même si sa saison en Finlande s’est terminée en queue de poisson. «On a été éliminés en quart de finale, a rappelé le centre de 20 ans. J’ai été malade, éloigné des patinoires durant un mois. Mais tout va mieux aujourd’hui, je suis de nouveau à 100%.»

En trois saisons de SM-Liiga (la 1re division finlandaise), Granlund a inscrit 151 points en 154 matches, de quoi faire trembler n’importe quel adversaire et mériter une nouvelle convocation en sélection.

Au moment d’aborder le tournoi, l’attaquant râblé (1m79, 83kg) ne fait aucun cas de la pression induite par le fait d'évoluer à domicile. «Pourquoi ressentirions-nous du stress, s’est-il interrogé. C’est un plaisir de jouer en Finlande. Chaque hockeyeur rêve de pouvoir disputer un Mondial à domicile. Ce sera avant tout un plaisir.»

A la question de savoir s’il s’était entraîné à réaliser d’autres prouesses techniques devant le but, Mikael Granlund a répondu, avec un sourire en forme de rendez-vous: «Vous verrez bien!»

Simpson dans l’expectative

Le sélectionneur suisse ne sait toujours pas s’il pourra compter sur Julien Sprunger, touché à la tête dimanche en préparation contre le Canada.

Au terme de l’entraînement de jeudi soir, Sean Simpson n’avait pas de réponse quant à la participation de l’attaquant au Mondial qui commence samedi pour la Suisse. «C’est un joueur important, a rappelé le technicien, mais s’il ne dispose pas de tous ses moyens, je ne pourrai pas l’aligner.»

Le principal intéressé n’a pas non plus fait de mystère: «La situation est claire pour moi. Si je ne suis pas à 100%, je ne veux pas prendre la place de quelqu’un. L’embêtant avec ce genre de blessure, c’est qu’on ne peut pas prévoir comment elle évolue. Cela peut prendre du temps ou, au contraire, se régler très vite.»

En ce qui concerne l’éventualité de voir Roman Josi débarquer en Finlande, Sean Simpson a tenu à clarifier la situation. «Roman m’a assuré qu’il viendrait s’il le pouvait. La situation n’a rien à voir avec le cas Yannick Weber de l’an dernier.» Le joueur de Montréal avait changé d’avis à plus d’une reprise et, finalement, il ne s’était pas rendu en Slovaquie.