Equipe de Suisse

06 mai 2012 10:17; Act: 07.05.2012 12:57 Print

Là où Sean Simpson est l’égal de Gretzky

par Jean-Philippe Pressl-Wenger, Helsinki - Pour son deuxième match du Mondial à Helsinki (Fin), la Suisse affronte la Biélorussie ce soir à 19h15.

storybild

Le sélectionneur a su insuffler un état d'esprit conquérant à ses troupes. (Photo: Keystone)

Sur ce sujet
Une faute?

Après le succès contre le Kazakhstan (5-1), un adversaire d’un autre calibre attend l’équipe nationale. Les patineurs de Minsk ne sont de loin pas des inconnus pour les internationaux suisses. Les quatre confrontations de 2011 (4 victoires, dont une lors du dernier Mondial) sont encore dans les esprits. Le Montheysan Goran Bezina a détaillé une partie du plan de jeu des Biélorusses : « Ils vont venir nous chercher plus haut, nous mettre sous pression. Les Kazakhs nous ont attendus, nous avons eu de la place pour patiner avec le puck», a expliqué le défenseur.

Son coéquipier Félicien DuBois a rajouté : «On est conscient qu’ils seront plus coriaces, plus rapides. Ils sont plus forts avec le puck, ont de bonnes mains et sont de bons patineurs.» Le Neuchâtelois a aussi rappelé « qu’il ne fallait pas s’enflammer », tout en insistant sur l’ambiance dans le vestiaire. «L’état d’esprit est le bon », a conclu le joueur de Kloten. Et l’état d’esprit, Sean Simpson, il connaît.

Comme «The Great One»

Alors qu’il évoluait comme joueur dans l’Ontario Hockey League (67’d’Ottawa), l’actuel sélectionneur de l’équipe de Suisse avait remporté à deux reprises le Trophée William Hanley (1979, 1980). Cette récompense est remise chaque année au hockeyeur démontrant le meilleur état d’esprit de la Ligue. Pour la petite histoire, Sean Simpson avait succédé au palmarès de la distinction à… Wayne Gretzky. «The Great One» évoluait alors avec les Greyhounds de Sault-Sainte-Marie.