Roger Federer

30 juin 2019 09:39; Act: 01.07.2019 09:51 Print

«Content d'avoir réussi la transition sur gazon»

Roger Federer a pris ses marques à Wimbledon. Il s'est aussi exprimé en conférence de presse.

Voir le diaporama en grand »

Sur ce sujet
Une faute?

Roger Federer a pris ses marques au All England Lawn Tennis Club de Wimbledon. Vainqueur à Halle il y a une semaine, le Bâlois est venu s'entraîner samedi en compagnie... du Belge David Goffin, qu'il avait battu en finale à Halle! Quelques dizaines de spectateurs ont assisté à cette séance, parmi lesquels la Polonaise Agnieszka Radwanska (30 ans), ancienne No 2 mondiale et retirée des courts depuis l'année passée.

Matricule 3 à l'ATP, Federer a été désigné tête de série No 2 à Wimbledon. Une décision qui a fait couler beaucoup de salive et d'encre, Rafael Nadal ayant été le premier à pointer du doigt le système d'établissement des têtes de série à Londres. Le joueur suisse a forcément été branché sur le sujet samedi, en conférence de presse, propos notamment relayés par «L'Équipe».

«Je ne sais pas ce que vous voulez que je vous dise, a-t-il commencé par dire. Le système est tel qu'il est. Les joueurs n'y peuvent pas grand-chose, il faut faire avec. (...) Maintenant que le tableau est sorti, il faut passer à autre chose. On savait que le système était comme ça. Il récompense ceux qui jouent beaucoup, qui jouent bien sur gazon. J'en ai profité. Kevin Anderson aussi. À une époque, c'était plus dur: des mecs qui étaient tête de série devenaient non-têtes de série. Là, Rafa est descendu, donc ça a créé de l'info. Les réseaux sociaux adorent ça.»

Appelé à s'exprimer sur son état de forme, il s'est dit «très content» d'avoir réussi la transition entre la terre battue et le gazon. «Halle s'est bien passé, l'entraînement cette semaine aussi. Pour l'instant, je suis très content d'avoir joué la saison sur terre et d'avoir réussi la transition sur herbe. J'ai enchaîné la saison sur terre et Halle sans me blesser, en me sentant bien. J'imagine que je serai capable de jouer de plus longs échanges, mais le but ici est de toujours prendre le contrôle de l'échange et d'imposer mon rythme.»

Et, quant au fait que le gazon de Wimbledon ressemble de plus en plus à une surface en dur, il a nuancé le propos: «La première semaine de Wimbledon, c'est très différent des courts en dur. La deuxième semaine, oui, c'est plus comparable. Tu peux mieux bouger du fond (de court) et ça prend mieux le lift. Mais au début du tournoi, c'est dur de bouger. Je pense que le gazon reste assez différent (du dur). Il demande d'autres talents, d'autres déplacements. C'est toujours un changement.»

Roger Federer a prouvé par le passé qu'il pouvait s'acclimater à ce changement. Et plutôt huit fois qu'une!

Tennis

(Sport-Center)