Tennis

12 novembre 2019 08:17; Act: 12.11.2019 13:46 Print

«Depuis combien de temps es-tu marié?»

Rafael Nadal et notre confrère Ubaldo Scanagatta ont eu un nouvel échange mythique lundi soir. Il était question de mariage.

storybild

Rafael Nadal n'a pas vraiment apprécié la question du journaliste italien Ubaldo Scanagatta. (Photo: Keystone)

Sur ce sujet
Une faute?

Réglons d'abord les affaires sérieuses. Quelques minutes après sa défaite face à un «Sascha» Zverev en mode «tornade 2018», Rafael Nadal était en conférence de presse pour délivrer un message clair. «La seule bonne nouvelle de la soirée, c'est la façon dont mes abdominaux ont tenu. Je n'ai ressenti aucune douleur. Mon masters n'est pas terminé.» Il se poursuivra donc mercredi avec un remake de la finale de l'US Open face à Daniil Medvedev.

«Il faudra que je joue beaucoup mieux. Je n'ai pas beaucoup pu m'entraîner depuis mon quart de finale de Bercy (il faisait forfait dans la foulée). Je m'attendais donc à afficher un retard en termes de sensations et de mobilité. Mais j'espérais le compenser avec un état d'esprit de gagneur. Or j'ai traversé ce match sans avoir la bonne attitude. C'est ce constat qui me déçoit le plus.» L'autocritique est limpide. Place à l'anecdotique.

«C'est une question sérieuse ou un gag?»

Il ne restait plus qu'une question à disposition lorsque le micro arriva vers Ubaldo Scanagatta. «Rafa, sachant que le mariage est un événement qui mange de l'énergie et peut perturber – ce fut le cas pour moi – est-ce que tes noces, même si tu es en couple depuis très longtemps, ont pu affecter ta préparation pour cette fin de saison?» Cette question était-elle déplacée? Franchement, on n'en est pas convaincu. Surtout que dans la vie de «M. Tout-le-monde», le mariage est en effet un événement dont le stress et les émotions génèrent une réelle fatigue.

Rafael Nadal, lui, ne le prit pas sur ce ton. «Est-ce que tu es sérieux? Il s'agit d'une question sérieuse ou d'un gag?» s'est renfrogné le Majorquin après un long silence. Le journaliste italien acquiesça. «Je suis surpris d'une telle question alors que je partage ma vie avec la même fille depuis quinze ans. J'ai une vie normale et très stable. Pour moi, cela ne change absolument rien de placer une alliance autour d'un doigt. Je suis un gars normal, tu sais. Peut-être est-ce que le mariage était stressant pour toi. Depuis combien de temps es-tu avec ta femme?»

«Trente ans cette année mais je la connaissais depuis cinq ans au moment de la noce», répondit le journaliste. «Ah, alors peut-être que tu n'étais pas très sûr de toi» Et Rafael Nadal, pas vraiment beau joueur, de conclure l'échange avec une pointe d'animosité. «On passe aux questions en espagnol, c'est vraiment n'importe quoi (bullshit)

Peut-être aurait-il eu besoin d'un peu de cet esprit de révolte une heure plus tôt sur le court.

Tennis

(nxp)

Les commentaires les plus populaires

  • Ten Hisse le 12.11.2019 08:34 Report dénoncer ce commentaire

    Deux poids, deux mesures

    Un journaliste faisait son auto-critique, ce serait une première! NADAL par contre est toujours aussi lucide, fair-play, et courageux.

  • jean neymar le 12.11.2019 08:31 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    bravo

    nadal n est pas italien si jamais...

  • knel le 12.11.2019 08:38 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Nadal italien?

    Nadal est Italien d après votre journaliste? c est nouveau?

Les derniers commentaires

  • Julien C. le 13.11.2019 07:29 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Mah ah ah l'erreur

    Pfff... Nadal italien !!!??? Et depuis quant ?

  • Picsou Nadal le 12.11.2019 20:28 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Bye bye

    Ras le bol de se gratte-cul aux muscles gonflés aux hormones ! Il va perdre ses trois matchs. Bye bye Picsou Nadal.

  • racines et épines le 12.11.2019 15:18 Report dénoncer ce commentaire

    après le mariage

    Les Brésiliens édentent leurs femmes pour éviter les convoitises? Des maris qui mutilent volontairement leur compagne, c'est un phénomène devenu très courant au Brésil. C'est comme chez car nous sommes tous édentés par nos assurances-maladives, et notre Rafa pourrait faire pareil avec son épouse. Bonjour aux vaches écornées et aux assurés édentés!

    • Rien à voir le 12.11.2019 18:37 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

      @racines et épines

      Et bonjour aux commentaires débiles.

    • les miracles n'existent pas le 12.11.2019 23:20 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

      @racines et épines

      il y a des gentilles personnes en blouses blanche qui peuvent te soulager, mais pas te guérir.

    • Et après le 12.11.2019 23:39 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

      @racines et épines

      Commentaire hors sujet et pas intelligent dû tout. S'abstenir. ps: tu fais donc des économies sur/avec ta femme?

    • Jose Mendes de Sà le 13.11.2019 07:19 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

      @racines et épines

      Brrraaaaazziiiiiilllllou, c'était a nous aussi!!! P O R T U G A L ! ! !

  • Marc le 12.11.2019 12:57 Report dénoncer ce commentaire

    vous étés pathétique.

    la presse pue, elle pue beaucoup s'elle a besoin de provocation inutile et ridicules pour faire parler les "peuple". vous étés pathétique.

    • Simplet le 12.11.2019 14:00 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

      @Marc

      La presse pue tellement que tu la lis quand-même et en plus tu la commente. Si c'est pas débile

    • Sophie le 13.11.2019 07:20 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

      @Marc

      T'as PT ?

  • Passant Pas Là le 12.11.2019 12:42 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    On se calme et on relit

    Pour ceux qui n'ont pas tout bien compris, on reprend: le journaliste est italien et a couvert 160 grands chelems. Voilà voilà.

    • Marc le 12.11.2019 12:59 Report dénoncer ce commentaire

      Journaliste ou paparazzo?

      et le pauvre a besoin de provocation ridicules pour faire parler de lui......lamentable. Pour moi une 161 chelems sera de plus. Nul le mec.