Coupe Davis

13 septembre 2013 16:22; Act: 13.09.2013 17:33 Print

«J’espère que Swiss Tennis va punir Laaksonen»

par Oliver Dufour, Neuchâtel - Stanislas Wawrinka s’est dit déçu, vendredi après son match de Coupe Davis, du comportement de son jeune compatriote, renvoyé à la maison.

storybild

L'ambiance était pour le moins houleuse entre Wawrinka (à gauche) et Laaksonen. (Photo: Keystone)

Sur ce sujet
Une faute?

Tout a commencé jeudi, lors de l’entraînement de l’équipe de Suisse. Traînant les pieds, Henri Laaksonen (21 ans) n’était pas de bonne humeur. Selon les propos de Wawrinka, le natif de Lohjan Kunta (Fin) a «plus ou moins balancé l’entraînement», alors que le Vaudois avait grand besoin de se mettre en conditions. Devant le trop plein de déchet dans le jeu de Laaksonen, le ton est monté entre le No10 mondial et le néophyte biennois, benjamin de la sélection. Ce dernier a fini par être renvoyé de la sélection par le capitaine Severin Lüthi. Laaksonen n’a pas assisté aux débuts de ses coéquipiers en barrage contre l’Equateur.

Au terme de son match remporté contre Emilio Gomez, Wawrinka s’est brièvement répandu sur l’incident, soulignant son dégoût. «Un joueur qui a un tel comportement, j’espère que Swiss Tennis le punira, a déclaré «Stan». Quand on a son âge et son classement et qu’on se permet de râler contre l’entraîneur et le capitaine, qui essaient de l’aider, c'est inadmissible. C’est quand même quelqu’un qui a été bien aidé par Swiss Tennis et qui l’est d’ailleurs encore. Il a reçu beaucoup de wild cards dans des tournois, s’est agacé le Vaudois. Maintenant, la décision a été prise par le capitaine. Henri n'a pas accepté. Je suis déçu de son comportement. Ca fait dix ans que je joue en Coupe Davis et j'ai vu beaucoup de choses, mais là c'est extrême», a-t-il ajouté à propos de l'affaire.

«Qu'il ne mette plus les pieds sur un court où je suis»

Certainement frustré de ne pas avoir été aligné en lieu et place du Bâlois Marco Chiudinelli, Henri Laaksonen, qui avait fait ses débuts en Coupe Davis en février, contre la République tchèque, n’a sans doute pas fait preuve de la meilleure jugeote pour exprimer son mécontentement. «Si on lui demande encore s’il est disponible pour ce genre de rendez-vous, j’aurais envie de lui dire de ne plus jamais mettre les pieds sur un court quand j’y suis, s’est emporté Wawrinka. Ces gens qui pensent être des joueurs qu’ils ne sont pas. Ceux qui réussissent dans ce sport, sont ceux qui restent humbles», a-t-il conclu.

Mardi encore, Laaksonen relevait, ironie du sort, à quel point l'aide et les conseils de Stanislas Wawrinka lui avaient été précieux lors de ses débuts en Coupe Davis. «Stan et Severin, ils en savent beaucoup. J'apprends beaucoup à leur contact, avait-il confié. Stan me donne des conseils et je sais que je peux aussi lui en demander, si je suis curieux de connaître son opinion sur quelque chose. Je me sens en forme et je suis prêt à jouer si on m'accorde une chance», avait-il ajouté à propos de la possibilité d'être aligné avec la Suisse durant le week-end neuchâtelois.

Pour l’heure, Swiss Tennis n’a pas commenté l’incident.