Tennis

12 novembre 2019 18:34; Act: 12.11.2019 19:40 Print

«Je veux battre Novak»

par Mathieu Aeschmann, Londres - «Crispé» contre Thiem, Roger Federer a aimé son «calme» face à Matteo Berrettini. Il se «réjouit de défier Djokovic jeudi.»

storybild

Le Bâlois est prêt pour son match au sommet contre le Serbe. (Photo: AFP)

Sur ce sujet
Une faute?

Roger Federer, par rapport à vos démonstrations de Bâle, vous semblez lutter un peu avec votre jeu depuis deux rencontres. Est-ce que cette situation vous frustre?

Ce sont des choses qui arrivent. En fait, ce n'est pas normal de toujours dérouler ton tennis. Les problèmes viennent même quand tu t'attends à dérouler. Car si ce n'est pas le cas, tu te crispes. J'ai l'impression que c'est un peu ce qui m'est arrivé contre Thiem. Le match était tendu; ce qui était logique. Et lui était beaucoup plus serein que moi face à cette situation. Heureusement, j'ai corrigé le tir aujourd'hui. J'étais beaucoup plus calme à 4-4, au tie-break. J'ai d'ailleurs disputé un bon jeu décisif: bien servi, lâché un bon revers long de ligne. Je devais réagir.

D'autant plus que vous allez affronter Novak Djokovic dans ce qui ressemble à un quart de finale.

Du classique donc. Comme on en vit toutes les semaines. Tout le monde se met aux mathématiques mais les choses sont simples. Je veux battre Novak. Je me réjouis de l'affronter car c'est une belle opportunité pour moi de prouver que je peux rejouer à mon meilleur niveau; comme à Wimbledon contre Rafa puis en finale.

Vous parlez de Wimbledon, à quel point les cicatrices de cette finale pourraient-elles influencer vos retrouvailles?

On verra bien. Mais j'ai l'impression d'avoir tout évacué depuis longtemps. On a beaucoup joué depuis juillet et je crois que l'on peut les deux retirer du positif de cette finale. Lui un peu plus que moi, évidemment. Mais de mon côté aussi. Vous savez, je n'espérais pas le voir dans l'autre groupe. Votre question est logique. Mais la réalité, c'est que je suis très excité de le retrouver. J'y vois une chance. Même si je suis là pour disputer le Masters, pas pour refaire l'histoire de Wimbledon.

La situation comptable du groupe est assez complexe. Est-ce que vous en saurez tout au moment d'entrer sur le court jeudi? Et peut-elle vous perturber?

Le match de ce soir va déjà éclaircir un peu les choses puis celui de jeudi après-midi. Mais oui, je serai au courant de tout. Après je ne pense pas que cela va me perturber. Par le passé, j'ai été un peu gêné lorsqu'il ne me manquait qu'un set pour être qualifié. Mais là, je vois les choses assez simplement. Si je gagne, je débarquerai en demi-finale avec le plein de confiance ou partirai en vacances sur une grande victoire. Et si je perds, c'est que je n'avais pas ma place dans le dernier carré. Mais je veux battre Novak, peu importe s'il s'agit du dernier match de ma saison.

Mathieu Aeschmann, Londres

Tennis

(nxp)