Tennis - Open d'Australie

17 janvier 2020 08:28; Act: 17.01.2020 08:51 Print

«L'air était lourd mais je n'ai pas eu de problème»

par Mathieu Aeschmann, Melbourne - Au début d'une journée agréable à Melbourne, Stan Wawrinka est venu dire son «impatience» de débuter. Ce sera mardi contre Damir Dzumhur.

storybild

«Stan the Man» a pris ses marques à Melbourne. (Photo: Keystone)

Sur ce sujet
Une faute?

Privilège de ceux qui ne sont plus tout à fait favoris, Stan Wawrinka a échappé à la cohue médiatique annoncée samedi à Melbourne Park. Il est passé donner des nouvelles vendredi matin, entre le café et un entraînement avec le tenant du titre: Novak Djokovic «himself», le partenaire historique des derniers réglages en Grand Chelem.

Stan Wawrinka, on vous a laissé aux portes de la finale à Doha. Comment allez-vous et que retenez-vous de ce premier tournoi?
J'avais envie de faire mieux à Doha. J'ai eu des occasions mais je ne les ai pas saisies (défaite contre Corentin Moutet en trois manches). Cela dit, ce tournoi était une bonne mise en route. Je suis très content de la séquence entre Doha et les dix jours passés ici. J'ai fait une bonne préparation, les sensations sont bonnes.

Ce sera mardi contre Damir Dzumhur (ATP 92), un adversaire que vous connaissez bien...
Je l'ai souvent joué, j'ai perdu et gagné et c'était toujours des matches compliqués (le Bosnien mène 2-1). Il se déplace très vite. C'est un contreur solide, qui retourne bien. Mais je sais que l'issue de ce match dépendra de mon niveau. Il faudra que j'arrive à imposer mon rythme.

Stan Wawrinka s'est entraîné avec Djokovic ce vendredi. La bonne humeur semblait être au rendez-vous. Image: Keystone.

Depuis mardi, le débat tourne autour de la qualité de l'air et des conditions de jeu. Était-il raisonnable de lancer les qualifications ce jour-là?
Je n'avais pas de match à disputer mardi; il m'est donc délicat de juger. C'est assez facile de commenter les décisions: d'ailleurs, beaucoup de monde a un avis. Moi, je ne suis pas médecin. Je trouve compliqué de juger cet épisode.

Mais quel était votre ressenti mardi en venant au stade?
J'ai senti que l'air était plus lourd, mais je n'ai pas eu de problème.

Stan, quels sont vos objectifs pour 2020?
J'aimerais revenir dans le Top 10. Je sais que cela va être compliqué, car il y a du monde devant et le niveau s'élève. Après, je me suis préparé pour être capable d'enchaîner toute la saison. L'année sera longue, il faudra être patient. Mais je veux faire ce qu'il faut pour obtenir des gros résultats.

Vous avez déclaré il y a dix jours à l'ATS que le «Big Three» remporterait encore les quatre gros titres de l'année. N'avez-vous pas l'impression que les jeunes sont tout proches?
Ils se rapprochent, c'est vrai. Il y a en effet plus de joueurs qui gagnent des tournois hors Grand Chelem. Mais je mise encore sur Rafa, Novak et Roger par rapport à ce que je vois depuis des mois et le niveau intrinsèque de ces trois-là (Stan Wawrinka est le dernier «non Big Three» à avoir gagné en Grand Chelem, à l'US Open 2016). Après, peut-être que je me plante complètement et que quelqu'un d'autre va gagner ici. Mais à mon avis, ils vont encore se partager les quatre tournois du Grand Chelem.

Tennis

(nxp)