Tennis

19 septembre 2019 14:22; Act: 19.09.2019 14:50 Print

«Peut-être parlent-ils du record dans notre dos»

par Sport-Center - Même en Laver Cup, Rafael Nadal et Roger Federer sont rattrapés par la course au record. «Mais on n'en discute pas», jurent-ils.

storybild

Rafael Nadal (à g.) et Roger Federer (à dr.): les deux «goats» accaparent toute l'attention, à Genève comme ailleurs. (Photo: Keystone)

Une faute?

Pas facile de monter sur l'estrade d'une conférence de presse en compagnie de Roger Federer et Rafael Nadal. Même en Laver Cup, même entourés de Top 10 et emmenés par la légende Björn Borg, les deux «goats» accaparent toute l'attention.

Ce jeudi midi à Palexpo, il n'a ainsi fallu attendre que deux questions pour revisiter le sujet à la mode des derniers mois. «Puisque Rafa est revenu à 19 titres du Grand Chelem et que vous passez la semaine ensemble, je me demandais si vous aviez discuté du record?» Et pan! Un coup d'oeil complice, une bonne respiration et le duo aux 39 majeurs se collait à l'explication de chiffres.

«Bien sûr, on ne parle que de ça, ironisa d'abord Roger Federer. Non, on n'en parle pas. Peut-être les autres en discutent dans notre dos Mais vous savez, ce sont des choses dont on ne parle pas.» Le «Maître» a ensuite répété ce qu'il a plusieurs fois expliqué ces derniers jours: «D'une façon générale, je suis content pour Rafa lorsqu'il a du succès. J'ai un immense respect pour ce qu'il réalise. Après, je ne peux me concentrer que sur ce que je contrôle. Donc je dois essayer de gagner, en général et lorsque je croise Rafa ou Novak en Grand Chelem.»

Placé de l'autre côté de l'estrade, Rafael Nadal enchaînait avec sa moue caractéristique, entre amusement et agacement. «Moi, je fais mon chemin, comme je l'ai toujours dit. Vous savez, je ne vais pas me coucher en pensant aux titres du Grand Chelem. Et d'ailleurs, le tennis ne se limite pas à ces seuls tournois. Aujourd'hui par exemple, ma tête est à la Laver Cup.»

Quelques minutes plus tard, le Majorquin le prouvait en «enquillant» une séance très intense avec Stefanos Tsitsipas, sous le regard conquis des 2000 écoliers genevois invités pour l'occasion. Roger Federer allait le rejoindre un peu plus tard, donnant à cette journée d'entraînement public des allures de générale.

Mathieu Aeschmann

Tennis

(nxp)