Tennis

15 juin 2018 07:55; Act: 15.06.2018 15:23 Print

Becker tente de faire jouer l'immunité diplomatique

L'ex-tennisman allemand cherche à échapper à des procédures judiciaires pour dettes au Royeume-Uni.

storybild

Boris Becker: ses avocats ont déposé un recours devant la Haute cour britannique. (Photo: Keystone)

Sur ce sujet
Une faute?

Boris Becker (50 ans) tente de se prévaloir de l'immunité diplomatique pour échapper à des procédures judiciaires pour dettes au Royaume-Uni. Selon la presse britannique, l'ancienne star du tennis allemand met en avant la mission que lui a confiée en avril la Centrafrique en tant qu'«attaché» pour les affaires sportives dans l'UE.

Les avocats du triple vainqueur de Wimbledon ont déposé un recours jeudi devant la Haute cour britannique dans lequel ils font valoir cet argument, rapporte l'agence britannique Press Association (PA).

«Décision injuste»

Six fois titré en Grand Chelem, «Boum Boum» a remporté 49 titres et obtenu plus de 20 millions d'euros de gains. Mais sa gestion de son après-carrière a viré au cauchemar au point qu'un tribunal londonien l'a déclaré en faillite en juin 2017.

Selon les avocats de l'ancien No 1 mondial, cette immunité suppose que toute action légale contre M. Becker devrait être préalablement approuvée par le chef de la diplomatie britannique Boris Johnson et par son homologue centrafricain.

«La décision d'entamer des procédures pour banqueroute contre moi était injustifiée et injuste, a dit Boris Becker, cité par PA. J'ai à présent fait valoir mon immunité diplomatique, comme j'y suis tenu, afin de mettre un terme à cette farce, pour que je puisse commencer à rebâtir ma vie.»

Trophées perdus

Boris Becker a tenté récemment de rassembler les trophées et récompenses accumulés pendant sa prestigieuse carrière, afin de les vendre pour éponger ses dettes. Mais il a égaré les plus prestigieux, notamment cinq de ses six trophées majeurs qui restent introuvables.

L'Allemand avait eu des déboires judiciaires pour des dettes impayées avec la justice espagnole, concernant des travaux dans sa villa de Majorque, et la justice suisse, pour ne pas avoir payé le pasteur qui l'avait marié en 2009.

En 2002, la justice allemande l'avait condamné à deux ans de prison avec sursis ainsi qu'à 500'000 euros d'amende pour quelque 1,7 million d'euros d'arriérés d'impôts.

Tennis

(nxp/ats)

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 72 heures est automatiquement désactivé en raison du très grand nombre de messages que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.

Les commentaires les plus populaires

  • David Yess le 15.06.2018 17:38 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Pathétique

    Ces sportifs se font des salaires indécents, mais sont incapables de gérer cet argent intelligemment et de plus manquent (comme sur le terrain) du fair-play le plus élémentaire ! Mais allons-y continuons à les soutenir avec des deniers publics et à leur construire des stades-palais.

  • une tenniswoman le 16.06.2018 14:27 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Raus

    Il est pathétique ce Becker. Déjà que comme joueur il n'était pas sympathique du tout, mais comme il est imbu de lui-même il en est devenu détestable.

  • Lol69 le 18.06.2018 00:42 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Le revenante

    Il es enkor vivant sui-la???

Les derniers commentaires

  • Lol69 le 18.06.2018 00:42 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Le revenante

    Il es enkor vivant sui-la???

  • une tenniswoman le 16.06.2018 14:27 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Raus

    Il est pathétique ce Becker. Déjà que comme joueur il n'était pas sympathique du tout, mais comme il est imbu de lui-même il en est devenu détestable.

  • David Yess le 15.06.2018 17:38 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Pathétique

    Ces sportifs se font des salaires indécents, mais sont incapables de gérer cet argent intelligemment et de plus manquent (comme sur le terrain) du fair-play le plus élémentaire ! Mais allons-y continuons à les soutenir avec des deniers publics et à leur construire des stades-palais.