Tennis

21 janvier 2020 05:04; Act: 21.01.2020 17:26 Print

Bencic qualifiée en luttant: «C'était tendu»

par Mathieu Aeschmann, Melbourne - Belinda Bencic a remporté un premier tour en montagnes russes face à Schmiedlova (6-3, 7-5). Il faudra faire mieux contre Ostapenko.

storybild

Belinda Bencic n'a rien perdu de ses qualités de guerrière. (Photo: Keystone)

Sur ce sujet
Une faute?

Belinda Bencic a beau attaquer sa saison dans une forme physique resplendissante, elle ne peut pas encore s'appuyer sur le niveau de confiance qui l'avait emmené jusqu'en demi-finale du Masters. En ouverture de programme, ce mardi sur la Margaret Court Arena, la Saint-Galloise (WTA 7) a ainsi dû s'employer, piocher même, pour s'extraire en deux manches du tennis collant d'Anna Karolina Schmiedlova. La Slovaque navigue très loin de son meilleur classement (203e contre 26e en 2016) mais elle sait toujours faire durer l'échange en jouant avec les rythmes; ce qui a souvent agacé «BB».

«C'était un premier match très tendu, en effet, reconnaissait la demi-finaliste du dernier US Open. Les premiers tours ne sont jamais simples et j'ai toujours de la peine contre elle. Je ne m'attendais pas à gagner 6-2, 6-2.» Ce fut 6-3, 7-5, ce qui va très bien aussi. Surtout quand on pense que la Slovaque a gaspillé cinq balles de 4-0 dans la deuxième manche. À défaut d'avoir impressionné par son niveau de jeu, Belinda Bencic peut donc au moins se féliciter de n'avoir rien perdu de ses qualités de guerrière. «Ce n'est peut-être pas ma qualité principale mais j'ai cette arme. Je suis capable de me remettre en selle. C'est important car on ne joue presque jamais un match parfait.»

Au deuxième tour, «Beli» pourrait retrouver une vieille connaissance: Jelena Ostapenko, qu'elle affronte depuis sa plus tendre enfance. «On se joue depuis les tournois moins de douze ans. Mais je ne peux pas dire que l'on soit amie. On ne se fréquente pas en fait.» Après quelques mois d'errances, la championne de Roland-Garros 2017 semble avoir retrouvé de l'envie et des idées dans le jeu en compagnie de Marion Bartoli, qui la coache depuis l'automne dernier. «On ne gagne pas un Grand Chelem par hasard. Si c'est contre elle, je m'attends à un match compliqué», promet Belinda Bencic.

Tennis

(Sport-Center)