Wimbledon 2014

26 juin 2014 21:47; Act: 26.06.2014 21:56 Print

Cette fois, Nadal a trouvé comment le clouer, Rosol!

par Oliver Dufour, Londres - Sorti par le Tchèque au 2e tour à Wimbledon en 2012, l’Espagnol a remis les compteurs à zéro, jeudi (4-6 7-6 6-4 6-4). Mais il a sué.

storybild

Rafael Nadal a perdu le premier set, mais a su réagir face à Lukas Rosol et son service de feu. (Photo: Keystone/EPA)

Sur ce sujet
Une faute?

«Sous la définition de l’expression «si on veut, on peut», il y a une photo de ce type.» Ces louanges ont été lâchées par l’ex-champion John McEnroe à l’endroit de Rafael Nadal. Car l’Espagnol a sans doute cru, l’espace d’un set et demi, revivre son cauchemar d’il y a deux ans face à Lukas Rosol. Son duel épique avec le Tchèque, perdu en 5 sets après la fermeture du toit du Centre Court, avait alors provoqué un séisme. Le central s’est donc mis à bien bourdonner lorsque le Slave de 198 cm a commencé à dominer le Majorquin, avec son service de plomb.

Mais alors que «Rafa» était mené 4-6 2-4 par le matricule 53 à l’ATP, il a trouvé les ressources pour se relancer et arracher la manche au tie-break. Un retournement inattendu dont Rosol ne s’est jamais remis, malgré une remarquable résistance. Le No 1 mondial a aussi fait en sorte de casser le rythme. Dans le 2e set, surtout, le temps moyen pris par l’Espagnol entre les points a allègrement dépassé les 20’’ réglementaires. «Quelqu’un devrait lui dire quelque chose, mais ce n’est pas pour ça que j’ai perdu, a estimé Rosol. Dans le tie-break, c’était du ­50-50. J’avais beaucoup de vent dans le dos et il a été un peu plus chanceux. A 2-0, j’aurais gagné ce match.»

Nadal, lui, a jugé qu’il avait mis du temps à trouver son moment: «Il servait bien et j’ai fait des fautes. Mais dans l’ensemble j’étais pas mal. Et ce n’était pas une revanche. Je veux aller loin dans ce tournoi, peu importe le nom des adversaires.»