Roland Garros

05 juin 2011 22:52; Act: 05.06.2011 22:58 Print

De Borg à Nadal, Paris a des amoureux fidèles

par Grégory Beaud, Paris - L'Espagnol a fait aussi bien que son aîné suédois en gagnant une 6e fois à Paris. Roland-Garros aime les histoires d’amour qui durent.

storybild

L’Espagnol égale le Suédois: «C’est magique.» (Photo: Keystone/AP)

Sur ce sujet
Une faute?

Alors que Roger Federer quittait dimanche le court Philippe Chatrier avec son petit plateau d’argent sous le bras, Rafael Nadal a pris le micro pour remercier le public. «Grâce à vous, ce tournoi est le meilleur du monde.» Entre la Porte d’Auteuil et les sportifs y triomphant, l’amour dure. En son temps, Gustavo Kuerten avait dessiné un cœur sur le central pour déclarer sa flamme à Roland-Garros, tournoi qu’il a remporté trois fois.

Dans les années 1970 et 1980, Björn Borg s’était imposé six fois.
Désormais, ils sont deux à partager ce record. «C’est magique d’égaler cette marque et un honneur d’être comparé à Borg. Quand je gagne ici à Paris, mon année est belle», s’est ému Rafael Nadal, qui a avoué ne pas avoir savouré son sacre en 2008 autant que les autres. «Je jouais un tennis fantastique, mais je n’ai pas eu l’impression d’avoir gagné le tournoi, a-t-il détaillé. Quand on se bat pour revenir d’une situation difficile, la saveur est encore différente. Mais la finale gagnée 6-3 6-1 6-0 face à Roger Federer cette année-là n’avait vraiment pas le même goût que celle d’aujourd’hui (n.d.l.r.: dimanche).»

Désormais, Nadal devra lutter contre Djokovic pour la première place mondiale. Une bagarre qui emmènera les deux hommes à Wimbledon, où l’amour de l’Espagnol pour l’herbe est tout de même moins fort. «Il faudra à nouveau s’adapter et changer mon jeu. Ce titre va me permettre d’y aller avec moins de pression, mais pas moins de détermination.»