Tennis

23 octobre 2019 06:07; Act: 23.10.2019 06:07 Print

Embouteillage sur la route de Tokyo

par Mathieu Aeschmann, Bâle - Peu après Roger Federer, Stan Wawrinka a annoncé son envie de JO. Swiss Tennis entend donc demander une double exemption. Jouable?

storybild

Le Vaudois de 34 ans, ici à Anvers (Bel) dimanche dernier, voudrait se rendre au Japon lété prochain. (Photo: AFP/John Thys)

Sur ce sujet
Une faute?

Stan Wawrinka n’a pas attendu son entrée en lice aux Swiss Indoors, mercredi à 17 h contre Pablo Cuevas, pour frapper un grand coup. Mardi, le Vaudois a en effet pointé du doigt un objectif de sa saison 2020 qui ne coulait pas de source: «Au fond, les Jeux olympiques, j’aimerais bien les jouer. Je dois encore discuter de la programmation avec mon équipe et me renseigner au sujet des invitations. Mais l’envie est là.»

Avec Roger Federer, cela fait donc deux envies et une très belle nouvelle pour le sport helvétique. Mais en y ajoutant l'Argentin Juan Martin Del Potro et le Japonais Kei Nishikori, la Fédération internationale (ITF) se retrouve avec quatre cadors, tous d’anciens médaillés, qui ne remplissent pas les critères d’éligibilité: au moins une rencontre disputée en Coupe Davis en 2019 ou 2020.

Ces déclarations d’intention suscitent ainsi un casse-tête réglementaire et quelques questions. La première: Stan Wawrinka fera-t-il le voyage au Pérou avec l’équipe de Suisse, début mars, pour assurer sa place? «Non, je n’irai pas», a répondu le Vaudois, sans faire de mystère. La seconde: combien de «wild cards» l’ITF glissera-t-elle dans le tableau des JO (64 joueurs)? «Il n’y en aura aucune, mais nous pouvons faire appel auprès de l’ITF pour des exemptions, nous a répondu Swiss Tennis hier. Pour Roger et Stan, nous allons donc rédiger un dossier afin de mettre en avant leur investissement historique en Coupe Davis et aux Jeux olympiques.»

A priori, leurs trois médailles et leur Saladier de 2014 pèsent assez lourd. Mais l’ITF voudra-t-elle délivrer deux passe-droits à une même nation? «Le règlement ne l’interdit pas.» Voilà qui ressemble à une bonne nouvelle pour «Fedrinka».