Tournoi ATP de Dubaï

25 février 2011 17:46; Act: 25.02.2011 17:49 Print

Federer contre Djokovic pour une revanche

Dubaï aura bien sa finale de rêve ! Le tournoi 500 des Emirats proposera samedi un affrontement royal entre Roger Federer et Novak Djokovic.

Sur ce sujet
Une faute?

Cette rencontre sera placée sous le signe de la revanche pour le Bâlois. Elle survient, en effet, quatre semaines après la défaite en trois sets - 7-6 7-5 6-4 - que le Serbe lui a infligé en demi-finale de l'Open d'Australie. Invaincu cette année, Nole tentera le hat-trick à Dubaï après ses titres en 2009 et 2010.

Quadruple vainqueur de ce tournoi de Dubaï, Roger Federer s'est qualifié en battant 6-2 7-5 Richard Gasquet en moins d'une heure et quart. Le Balois a cueilli un huitième succès de rang contre le Bitérrois qui ne possède toujours pas cet instinct de «tueur» si vital en tennis. Gasquet a, ainsi, mené 5-3 dans la deuxième manche avant de concéder les quatre derniers jeux de la rencontre. «J'adore jouer contre Richard. Pas en raison de mes statistiques contre lui mais en raison de son revers à une main, explique le Bâlois. C'est une merveille».

Si l'on excepte ce break concédé au huitième jeu du deuxième set sur une double-faute à 15-30 et sur une grossière erreur en revers à 30-40, Roger Federer a rendu une très belle copie. Il fut beaucoup plus convaincant que Djokovic qui s'est qualifié en bénéficiant de l'abandon de Thomas Berdych (ATP 7). Blessé aux abdominaux, le Tchèque a jeté l'éponge alors qu'il était mené 6-7 6-2 4-2. «J'ai livré un match catastrophique, avouait Djokovic. Le plus mauvais de l'année. Mais au final, je m'en suis sorti. Il n'y a que cela qui compte».

Roger Federer disputera samedi la 96e finale de sa carrière. «Je n'aurais jamais pensé arriver à un tel chiffre», avoue-t-il. Une finale qui l'opposera à un joueur qui entend bouleverser au plus vite la hiérarchie au sommet du tennis mondial. «Novak représente un sacré obstacle devant moi, avance Roger Federer. Il m'a battu à New York et à Melbourne. C'est toujours un adversaire contre lequel on doit se surpasser pour gagner».

(ats)