Federer à Genève

08 février 2019 15:28; Act: 08.02.2019 16:45 Print

«Quand je l'ai vu, j'ai pleuré»

par Julien Caloz, Genève - En compagnie de Björn Borg, le Bâlois était au bout du Lac vendredi pour promouvoir la Laver Cup 2019.

Sur ce sujet
Une faute?

Le déplacement de Roger Federer dans la cité de Calvin a fait resurgir de vieux souvenirs chez le meilleur joueur du monde. «Je me souviens de la demi-finale de la Coupe Davis entre la Suisse et le Brésil, ici en 1992, a rembobiné le Bâlois en conférence de presse. Le stade était plein. Il y avait eu 18 000 spectateurs par jour. Secrètement, pour moi, c'était un rêve de jouer une fois ici.» Le Rhénan l'a concrétisé en 2014, deux fois lors de la Coupe Davis. Le voici à l'aube d'un troisième week-end de compétition à l'enseigne de la Laver Cup (du 20 au 22 septembre), cette fois. «Ce sera différent de mes autres rencontres avec la Suisse mais j'espère que les fans auront droit à un week-end de rêve.»

Ils en sont persuadés. Hier matin, les billets pour les trois jours de compétition sont partis en moins de deux heures. «Merci Genève», a lancé le manager du tournoi Steve Zacks, indiquant que des billets pour des sessions individuelles seraient mis en vente ultérieurement. Les fans connaîtront peut-être d'ici là le nom des vedettes qui composeront l'équipe européenne et le reste du monde. Pour rappel, chaque formation est composée de six joueurs: trois sont sélectionnés selon le classement mondial arrêté après Roland-Garros, les trois autres sont choisis par le capitaine avant le début de l'US Open. Seule certitude pour l'instant : Roger Federer et Rafael Nadal seront de la partie côté Europe. «Peut-être jouerons nous à nouveau ensemble en double», a lancé «RF» avant de se voir corriger avec humour par le capitaine Björn Borg assis à ses côtés. «Cela dépendra de ma décision!» La perspective de voir évoluer Stan Wawrinka à domicile existe également. «J'espère qu'il jouera», a d'ailleurs commenté Federer, double tenant du titre avec ses coéquipiers.


La Laver Cup est jeune de trois ans mais elle a déjà séduit les joueurs («beaucoup veulent y participer», a dit Borg), les spectateurs et bien sûr tous ceux qui se sont portés candidats à son organisation. Après Prague en 2017 et Chicago en 2018, c'est donc Genève qui a obtenu le droit d'héberger les meilleurs joueurs de la planète. Des représentants de la Ville, du Canton et de Palexpo (les deux premiers aideront le troisième à hauteur de 50 000 francs par administration) étaient d'ailleurs présents lors de la conférence de presse, au cours de laquelle leur engagement a été salué par Steve Zacks. Genève sait bien tout ce qu'elle a à gagner dans la tenue de cet événement planétaire qui fera de la cité de Calvin la capitale du tennis mondial l'espace de trois jours.

Tennis

(nxp)