Tennis

18 juillet 2014 09:46; Act: 18.07.2014 09:55 Print

Gstaad: le forfait de Stan Wawrinka passe mal

Une année après avoir suscité un engouement extraordinaire en raison des présences de Roger Federer et de Stan Wawrinka, l'Open de Gstaad se réveille avec la gueule de bois.

Sur ce sujet
Une faute?

«C'est une déception, convient le directeur du tournoi Jean-François Collet. Nous comptions vraiment sur sa présence». Moins sur celle de Roger Federer qui était revenu l'an dernier dans l'Oberland après avoir perdu très tôt à Wimbledon. Cette année, son parcours à Londres l'a mené jusqu'en finale.

Avec la tournée américaine, la perspective du Masters et sans doute deux rencontres de Coupe Davis à livrer, Stan Wawrinka entend se préserver. Le Vaudois n'ignore pas également qu'il peine depuis quelques années à exprimer son potentiel à Gstaad en raison des difficultés qu'il rencontre à adapter son jeu aux conditions de l'altitude. Sur un plan comptable, sa présence à Gstaad n'aurait, par ailleurs, été bénéfique que s'il s'était qualifié pour la finale. Pour un joueur de la trempe de Stanislas Wawrinka, les tournois ATP 250 comme celui de Gstaad ne pèsent plus vraiment dans le classement. Ces tournois 250 sont devenus les parents pauvres du Circuit. Ainsi c'est la cinquième fois en huit ans que le Crédit Agricole Suisse Open ne présente pas un top ten à l'affiche. L'ATP doit impérativement changer la donne pour ne pas voir «mourir» des tournois qui composent le socle de son calendrier.

Une chance pour Yann Marti

Malgré l'absence des deux meilleurs joueurs du pays, Gstaad vaut toutefois toujours le détour. Avec Mikhaïl Youzhny (ATP 19) le tenant du titre, Marcel Granollers (ATP 28), titré en 2011, l'imprévisible Fernando Verdasco (ATP 33), Federico Delbonis (ATP 36), titré cette année à Sao Paulo, Gilles Simon (ATP 38), qui monte pour la première fois dans l'Oberland, et le grand espoir autrichien Dominic Thiem (ATP 55), le plateau demeure intéressant. Il le sera encore plus si Yann Marti (ATP 216) brille. Désormais no 4 suisse au classement de l'ATP, le Valaisan vient de gagner son premier match sur le Circuit la semaine dernière à Stuttgart où il s'est imposé devant... Henri Laaksonen (ATP295) dans un derby qui va remettre inévitablement en question la hiérarchie de l'équipe de Suisse de Coupe Davis. En huitième de finale ensuite, Marti avait offert une superbe réplique à Guillermo Garcia-Lopez, le «bourreau» de Wawrinka à Roland-Garros. Il s'était incliné 7-6 (15/13) 7-5 non sans s'être procuré trois balles de premier set et trois balles de second set.

«Même si je l'ai perdu, ce match contre Garcia-Lopez me procure une confiance énorme, explique-t-il. J'ai acquis la conviction désormais que je peux battre un joueur de cette trempe. Mon objectif est tout tracé: figurer le plus vite possible parmi les cent meilleurs joueurs du monde». Gstaad peut lui permettre de poser de nouveaux jalons dans cette quête.

(ats)