Tennis

14 février 2011 16:50; Act: 14.02.2011 16:55 Print

Justine Henin: «Je devais arrêter»

La Belge Justine Henin, contrainte de mettre un terme à sa carrière à 29 ans le mois dernier, a expliqué à Bruxelles que «s'arrêter est plus une sentence qu'une décision».

storybild

Justine Henin s'est déclarée par ailleurs «meurtrie par les rumeurs de dopage». (Photo: Keystone/AP)

Sur ce sujet
Une faute?

«J'ai dû gérer beaucoup de blessures durant ma carrière mais cette fois-ci, à 29 ans, ce n'était plus possible. Il faut être raisonnable. A mon retour d'Australie, j'ai vu trois médecins. J'ai beau avoir la volonté, c'était impossible», a-t-elle expliqué à plusieurs dizaines de journalistes lors de sa première conférence de presse depuis l'annonce de son retrait.

«Le matin, il fallait dix minutes pour déplier mon coude. Le ligament n'était plus assez solide pour faire tant d'efforts. Je prends cela comme une sentence. J'ai un deuil à faire», a-t-elle encore dit à propos de son départ précipité à la retraite.

«La sensation d'être libre sur un terrain, les sensations qu'on y éprouve, tout cela va me manquer. J'espère un jour taper à nouveau dans la balle mais surtout, j'espère pouvoir vivre normalement.»

L'ancienne numéro un mondiale qui s'était blessée lors du tournoi de Wimbledon en juin avait alors dû être opérée. Elle avait repris les entraînements début octobre avec l'objectif d'être prête pour l'entame de la saison 2011.

Mais se plaignant de douleurs continues au coude, «Juju» avait été éliminée au 3e tour de l'Open d'Australie le 21 janvier avant de rentrer en Belgique pour subir des examens médicaux dont les résultats ont précipité sa fin de carrière.

«Depuis ma blessure, je n'ai plus jamais été à l'aise avec mon coude. J'ai toujours joué en étant diminuée», a-t-elle expliqué.

«Je n'ai jamais triché»

Henin est également revenue sur les rumeurs de dopage, nées à l'époque de son premier départ à la retraite, il y a deux ans.

«Cela me fait mal. Cela a blessé des personnes de mon entourage. Je ne peux pas accepter, oublier, ni pardonner. Je n'ai jamais triché», a dit Henin.

Sur son avenir, la Belge est demeurée très vague annonçant son intention de s'investir dans le sport belge.

«Mais à ce jour, il n'y a rien de concret», a-t-elle dit avant de conclure en félicitant sa compatriote Kim Clijsters, redevenue no 1mondiale cette semaine. «Ce que fait Kim est extraordinaire. Mais je n'ai jamais rien fait en fonction d'elle», a-t-elle assuré, expliquant que son départ à la retraite n'avait pas de rapport avec la réussite actuelle de Clijsters.

(ats)