Coupe Davis

11 septembre 2013 10:51; Act: 11.09.2013 10:56 Print

La Suisse largement favorite

L'équipe de Suisse de Coupe Davis s'attaque dès vendredi à Neuchâtel à son 9e barrage consécutif du Groupe mondial.

Une faute?

Face à l'Equateur, la mission de Stanislas Wawrinka et de ses coéquipiers n'a toutefois jamais semblé aussi aisée.

La formation helvétique se retrouve en effet opposée à des Sud-Américains représentés par Julio Cesar Campozano (ATP 295), Emilio Gomez (ATP 340) et deux autres joueurs classés au-delà de la 700e place mondiale. Autant dire qu'une défaite des Suisses, qui serait synonyme de relégation en zone Europe/Afrique, relèverait de la sensation. Et ce même si la sélection du capitaine Severin Lüthi ne se présente pas dans les meilleures dispositions.

Pour la deuxième fois de sa carrière, Roger Federer a renoncé à disputer un barrage de Coupe Davis, lui qui avait déjà abandonné les siens en 2010 quand la Suisse avait été reléguée au Kazakhstan. Quant à Stanislas Wawrinka, il débarque à Neuchâtel avec les jambes lourdes après son harassante et fructueuse quinzaine à l'US Open, où il a atteint les demi-finales.

On peut toutefois compter sur le no 10 mondial pour remobiliser ses forces pour la Coupe Davis, une compétition qu'il apprécie particulièrement. Le fait d'évoluer devant le public suisse, auprès duquel il a acquis une nouvelle dimension grâce à ses prouesses new-yorkaises, devrait aussi l'aider à oublier la fatigue.

Il faut également rappeler que Wawrinka se doit d'effacer un mauvais souvenir en Coupe Davis. Lors du 1er tour du Groupe mondial, en février dernier à Genève contre la République tchèque (défaite 3-2), le Vaudois s'était escrimé en vain, perdant son deuxième simple face à Tomas Berdych et, surtout, un double historique bouclé 24-22 au 5e set après un record de 7h01 de match.

Partenaire malheureux de Wawrinka durant ce double, Marco Chiudinelli devrait logiquement être à nouveau associé au Vaudois. Quant à la deuxième place en simple, elle sera attribuée jeudi lors du tirage au sort et devrait revenir à l'expérimenté Bâlois (ATP 164) ou à Henri Laaksonen (ATP 203), qui incarne la relève helvétique avec ses 21 ans.

Retour à Neuchâtel

Dans l'histoire de la Coupe Davis, les Suisses n'ont encore jamais affronté les Equatoriens. La formation sud-américaine se trouve actuellement en reconstruction après avoir appartenu pendant plusieurs années au Groupe mondial du temps d'Andres Gomez puis de Nicolas Lapentti. Elle a obtenu le droit de défier la Suisse à la suite d'un succès 3-2 contre le Chili en avril dans la zone Amériques, grâce notamment à une victoire lors de l'ultime simple d'Emilio Gomez, 21 ans et fils du même Andres Gomez, le vainqueur de Roland Garros en 1990.

A noter finalement que la Suisse n'a plus joué à Neuchâtel depuis 2001 et un quart de finale perdu 3-2 contre la France. Cette rencontre est restée dans les annales en raison de la durée de ses matches, et notamment de son 5e simple décisif qui avait vu George Bastl galvauder une balle de match avant de s'incliner 8-6 au 5e set contre Nicolas Escudé.

(ats)