Tennis

08 novembre 2018 21:40; Act: 09.11.2018 08:02 Print

Les ramasseurs libérés de la corvée du linge

par Simon Vuille - A Milan où se déroule le Masters de la nouvelle génération, les joueurs doivent se servir eux-mêmes au fond du court.

storybild

Les ramasseurs de balle apportent habituellement les linges aux joueurs après chaque point (ici Fabio Fognini). (Photo: AFP)

Une faute?

Avec un nouveau test cette semaine à Milan, l'ATP questionne une tradition profondément ancrée sur le circuit. Celle du rôle du ramasseur de balles dont l'une des taches est d'apporter un linge aux joueurs après chaque point.

A Milan, où se réunit l'élite de la «NextGen» (les meilleurs joueurs de la nouvelle génération), les plus grands espoirs du circuit n'ont plus ce privilège. Ils doivent aller chercher eux-mêmes l'objet placé dans un bac des deux côtés du court s'ils veulent sécher leur transpiration (voir ci-dessous).

L'ATP a principalement évoqué des raisons d'hygiène mais la valorisation des ramasseurs de balle dans son communiqué mais le traitement des ramasseurs de balles est aussi au centre des débats. «Je n'ai jamais vraiment aimé ça. Il y a un côté servile», commente Chris Kermode, le président de l'ATP, cité par le «Daily Telegraph».

Pour les joueurs qui testent le nouveau dispositif cette semaine à Milan, les réactions sont contrastées. «Je pense qu'avoir les linges à disposition chaque fois que tu en as besoin représente une aide précieuse. C'est une chose de moins à laquelle il faut penser», lance le Grec Stefanos Tsitsipas (ATP 15) dans une interview d'après match.

Le Genevois Johan Nikles (ATP 467) comprend la remarque de Tsitsipas. «Ça permet de gagner du temps et même un peu d'énergie. On n'a pas besoin d'y penser», explique le joueur de 21 ans qui vient de se qualifier pour les quarts de finale à Sharm El Sheikh (ITF 15'000 dollars).

Nikles est bien placé pour juger la différence: personne ne lui apporte son linge quand il joue des tournois Futures. «Du coup, je n'enlève pas la transpiration à chaque point, ça prendrait trop de temps. Quand il fait très chaud comme ici en Egypte, ça peut devenir gênant.»

«Mais je comprends que l'ATP réfléchisse à un nouveau système», ajoute celui qui a longtemps été ramasseur de balles. «La plupart des joueurs sont très corrects mais certains ont une mauvaise attitude, c'est dommage», regrette Nikles.

Cette année, plusieurs polémiques ont émergé sur les réseaux sociaux après les vilains gestes de Fernando Verdasco (ATP 28) qui a mis une forte pression sur les ramasseurs de balle.

Peut-on imaginer un jour les plus grands joueurs du monde marcher jusqu'au fond du court pour saisir leur linge? «Je n'y crois pas. Je vois très mal Nadal, par exemple, aller chercher lui-même son linge. Il prendrait beaucoup trop d'avertissements pour dépassement de temps», répond Johan Nikles.

Tennis

(nxp)