Tennis

21 avril 2019 09:27; Act: 21.04.2019 09:28 Print

Messieurs les Américains, Bacsinszky, ça s'écrit....

La Vaudoise entre en lice samedi avec l'équipe de Suisse de Fed Cup, à San Antonio, face à l'équipe des Etats-Unis. Et elle n'a pas apprécié qu'on estropie encore son patronyme.

Sur ce sujet
Une faute?

«Quatorze années de Fed Cup et toujours un échec... Est-ce que quelqu'un peut corriger ça? #pascontente.» Timea Bacsinszky ne démarre pas son week-end de compétition par nations au Freeman Coliseum de San Antonio de la manière la plus détendue. La Vaudoise, qui jouera le deuxième match de l'équipe de Suisse samedi face à Sloane Stephens, dans ce barrage de Fed Cup face aux USA, s'est en effet fâchée d'entrée.

En cause, une erreur typographique sur le programme officiel des matches, affiché par l'organisation après le tirage au sort de vendredi au Texas. On peut y lire à deux reprises le nom de Timea Bacsinszky écrit avec une inversion des lettres S et Z en troisième syllabe pour donner «Bacsinzsky».


L'actuelle 111e joueuse à la WTA a toujours apprécié qu'on fasse l'effort d'orthographier correctement son patronyme, ce qui est évidemment la moindre des choses. Elle a déjà eu maintes occasions de se fâcher pour des fautes. «Ce n'est pourtant pas compliqué!», s'était-elle notamment agacée en 2016 à Rio, lors de la conférence de presse qui avait suivi la finale du double féminin olympique et où l'organisation avait installé devant sa chaise une plaquette avec son nom amputé de son K: «Bacsinszy».

Même parmi les autres joueuses du circuit, il est difficile d'en trouver une capable d'épeler correctement le nom de famille de la Vaudoise, comme le montre cette vidéo réalisée voici quelque temps par la WTA.

Heureusement, on peut encore compter sur ses compatriotes Viktorija Golubic et Martina Hingis, comme sur l'intéressée elle-même, pour remettre les pendules à l'heure, comme on peut le voir dans la vidéo ci-dessous, oeuvre d'un journaliste de TeleBielingue.


Timea Bacsinszky n'est pas la seule membre de l'équipe de Suisse de tennis à être victime de ce genre de dyslexie. En 2013, Stanislas Wawrinka, aujourd'hui devenu Stan, sans doute à cause de ce problème, avait aussi eu droit à un petit souci d'épellation de son prénom, en direct à la TV romande, avec ce désormais culte «Messieurs les Américains, Stanislas ça s'écrit...».

Officiels en tous genres et journalistes redoubleront certainement d'attention lors des prochaines échéances où ils seront appelés à rédiger ou épeler ces noms!

Tennis

(Sport-Center)