Masters 1000 à Madrid

13 mai 2012 15:01; Act: 13.05.2012 21:20 Print

Roger Federer champion à Madrid

Roger Federer a remporté en 2h40 la finale qui l'opposait au Tchèque Tomas Berdych. La rencontre a été fantastique et les deux adversaires ont tout donné.

storybild

Roger Federer récupère la place de numéeo deux mondial avec sa victoire. (Photo: Keystone)

Sur ce sujet
Une faute?

Roger Federer n'en finit plus de profiter de sa seconde jeunesse. Le Bâlois a enlevé le Masters 1000 de Madrid en dominant en finale le Tchèque Tomas Berdych (ATP 7), au terme d'un match acharné de 2h38 et conclu sur le score de 3-6 7-5 7-5.

Il s'agit du 74e titre dans sa carrière, et surtout de son 7e trophée en huit mois. Dans l'un des meilleurs cycles de sa carrière, le trentenaire a désormais accumulé 45 victoires en 48 matches depuis sa défaite lors du dernier US Open (10 tournois disputés).

Son impressionnante constance est récompensée au classement ATP. Le Bâlois déloge ainsi Rafael Nadal de la 2e place mondiale, son meilleur classement depuis la mi-mars 2011. Même s'il reste à bonne distance de Novak Djokovic, il n'est plus irréaliste de l'imaginer redevenir no 1 mondial cette année.

Contre Berdych, Federer a apporté une nouvelle preuve de sa forme et de sa confiance actuelles. Etouffé par le puissance du Tchèque en début de match (0-3 après 10 minutes), il a su laisser passer l'orage pendant la manche initiale.

Il gardait également son calme lors des sets suivants, malgré plusieurs occasions gâchées (il menait 5-2 dans le 2e set, puis 5-3 dans le 3e). Fort de son expérience et d'une condition physique irréprochable, l'homme aux 16 titres en Grand Chelem parvenait toutefois à faire la différence dans les moments clefs. Il l'emportait sur sa quatrième balle de match, sur une ultime faute en coup droit de son adversaire.

«Nous nous reverrons souvent»

A l'heure de la remise du trophée, Federer a été fêté par des applaudissements extrêmement nourris, presque comme si un Espagnol avait gagné. «C'est très spécial», a-t-il simplement dit, en référence à sa victoire dans un pays qui est celui de plusieurs de ses principaux rivaux. «Ce tournoi a été difficile, avec un plateau très rude. Et Tomas a très bien joué. Je suis sûr que nous nous reverrons souvent et qu'il y aura entre nous d'autres matches de qualité comme celui-ci», a ajouté celui qui est devenu la premier joueur à s'imposer trois fois à Madrid.

Berdych a fait allégeance au Bâlois: «Je veux féliciter Roger. Il a montré quel grand champion il est en revenant à son âge», a dit le Tchèque, qui avait eu l'initiative du jeu la plupart du temps avant de craquer dans les moments clés. Aux tours précédents, Berdych avait affiché ses ambitions en battant notamment Gaël Monfils, Fernando Verdasco et Juan Martin Del Potro.

Comme à chacun de ses titres, Federer affole les statistiques. Parmi cette avalanche de chiffres, on remarquera que le Bâlois a atteint trois caps à Madrid: 10e titre sur terre battue (le 1er depuis Roland Garros 2009), 20e sacre en Masters 1000 (record de Rafael Nadal égalé) et 70 millions de dollars de gains en tournois.

Après son sacre madrilène, Federer doit enchaîner cette semaine avec le Masters 1000 de Rome. Son prochain grand défi est programmé dès le 27 mai à Roland Garros. Toute la question sera alors de savoir s'il est capable d'afficher la même maîtrise lors de matches disputés au meilleur des cinq sets, comme il est nécessaire en Grand Chelem.

(afp)