Tennis

03 février 2014 18:41; Act: 03.02.2014 20:23 Print

Roger Federer disputera la Coupe Davis en avril

Le Bâlois a annoncé sur son compte Twitter qu'il participera aux quarts de finale de la Coupe Davis contre le Kazakhstan du 4 au 6 avril.

storybild

Le tweet de Federer.

Sur ce sujet
Une faute?

«C'est l'année ou jamais.» L'expression était sur les lèvres de tous les observateurs après le succès de l'équipe de Suisse de Coupe Davis en Serbie.

Roger Federer l'a parfaitement compris, annonçant dès lundi qu'il participera au quart de finale face au Kazakhstan du 4 au 6 avril.

Toute la Suisse du tennis peut dès lors se mettre à rêver d'une deuxième finale. L'enthousiasme de Roger Federer et Stanislas Wawrinka samedi au cours du double remporté par le duo Marco Chiudinelli/Michael Lammer à Novi Sad ne trompait donc pas. Comme le soulignait le Vaudois, ce 1er tour était bien le «début d'une nouvelle belle aventure».

Cette aventure se poursuivra très vraisemblablement à Palexpo face à une équipe dont le meilleur joueur, Mikhail Kukushkin, figure au-delà de la 60e place mondiale. Swiss Tennis espère pouvoir accueillir jusqu'à 16'000 spectateurs par jour, près de vingt-deux ans après la mémorable demi-finale remportée par Marc Rosset et Jakob Hlasek face au Brésil dans une Halle 6 où 18'000 personnes avaient pris place chaque jour.

«Face au KazakhSTAN»

La Suisse aurait vraisemblablement eu les moyens de passer l'épaule face au Kazakhstan même en l'absence de Roger Federer, qui a par ailleurs prévu de ne disputer aucun tournoi ATP en avril. Mais l'homme aux 17 titres du Grand Chelem ne décevra pas ses fans. Il a annoncé sa décision lundi peu après 18h, par le biais de son compte Twitter, avec un jeu de mot en prime: «J'accompagnerai mes amis, le capitaine Seve (Lüthi) et STAN, face au KazakhSTAN», a-t-il écrit en anglais.

Absent lors des deux rencontres disputées l'an passé, Roger Federer prendra part pour la cinquième fois à un quart de finale dans cette compétition (après 1999, 2001, 2003 et 2004). Le Bâlois, qui avait mené la Suisse jusque dans le dernier carré en 2003, ne peut que rêver de Saladier d'Argent à la simple lecture du tableau de la Coupe Davis 2014.

L'Espagne de Rafael Nadal est hors course, tout comme les Etats-Unis et bien évidemment la Serbie de Novak Djokovic. La France et les tenants du trophée tchèques - qui auront un quart de finale bien difficile à négocier au Japon, peut-être sans leur leader Tomas Berdych - sont sur le papier les adversaires les plus redoutables de la Suisse. Mais ces deux équipes figurent dans le haut du tableau.

Grande-Bretagne ou Italie en demi-finale

En cas de succès face au Kazakhstan, la Suisse affronterait en demi-finale (12 au 14 septembre) l'Italie ou la Grande-Bretagne. Victorieux de huit de leurs neuf dernières rencontres, les Britanniques peuvent afficher des ambitions légitimes alors qu'ils végétaient encore en 3e division (groupe II des zones continentales) en 2011. La seule présence du champion de Wimbledon Andy Murray parle en leur faveur.

L'Ecossais et ses partenaires auraient l'avantage de recevoir la Suisse dans une demi-finale où tout serait possible, même si le no 2 britannique (Daniel Evans ou James Ward) ne boxe pas dans la même catégorie que Roger Federer et Stanislas Wawrinka. Mais la Grande-Bretagne devra tout d'abord se sortir du piège que l'Italie ne manquera pas de lui tendre à domicile, sur une terre battue lente que n'appréciera certainement par Andy Murray.

La tâche de l'équipe de Suisse serait bien plus plus aisée face à l'Italie. Les Helvètes ne peuvent certes que se méfier d'un joueur aussi talentueux que Fabio Fognini, même s'ils connaissent le tempérament pour le moins impulsif du no 1 transalpin. Mais ils auraient l'avantage de recevoir cet adversaire, sans doute sur une surface rapide qui désavantagera énormément la «Squadra Azzurra».

Comme le répétaient à souhait tous les protagonistes helvétiques de ce week-end serbe, beaucoup de choses peuvent changer au cours des neuf prochains mois. Pour espérer aller loin, l'équipe de Suisse doit pouvoir compter sur ses deux leaders, qui ne sont pas à l'abri d'une blessure. Mais la présence de Roger Federer à Novi Sad n'était pas anodine. Le Bâlois et Stanislas Wawrinka aiment cette compétition, et nul doute que les champions olympiques 2008 de double ont d'ores et déjà coché dans leur agenda les 21, 22 et 23 novembre, dates de la prochaine finale.

(dro/ats)