Wimbledon 2014

07 juillet 2014 21:25; Act: 07.07.2014 21:30 Print

Roger Federer ne se sent «pas vraiment menacé»

par Oliver Dufour, Londres - Vaincu dimanche en finale de Wimbledon, le Bâlois a posé son regard sur la relève, qui peine encore à confirmer, selon lui.

storybild

Le Bâlois, nouveau No3 mondial, estime que la jeune génération a encore du travail devant elle. (Photo: EPA)

Sur ce sujet
Une faute?

Il a beaucoup été question, lors des deux derniers tournois du Grand Chelem, d’un relâchement de la mainmise du «Big Four» (Federer, Nadal, Djokovic et Murray). Les principales causes? L’émergence d’une jeune génération, dont les récents leaders ont été Raonic (23 ans), Dimitrov (23) ou encore Kyrgios (19), et le vieillissement relatif du carré d’as.

Or, malgré tout leur talent, les jeunes loups n’ont pas réussi à détrôner leurs aînés, qui ont trusté les Majeurs depuis 2005, à l’exception de l’US Open 2009 et de l’Open d’Australie cette année. Mais là encore, les trouble-fête étaient Del Potro (25 ans) et Wawrinka (29), voire Ferrer (32), dont l’adolescence est passée.

Roger Federer a mis la relève en opposition avec le quatuor doré: «Nous avons tous percé bien plus tôt. Pas juste en un match ci et là. Je ne peux pas me mettre dans la même ligue que Rafa (ndlr: Nadal), parce qu’il a été l’un des meilleurs adolescents de l’histoire, mais il n’y a pas tant de jeunes. Seulement un ado dans le top 100. J’aimerais qu’il y en ait plus.» Il a ajouté: «Je ne sens pas une immense menace de leur part. Ils sont bons, oui. Entre le 5e et 20e rang mondial, ils sont même incroyablement forts. Mais entre les rangs 30 et 40, ils sont aussi assez interchangeables. Les gars qu’on connaît au sommet vont encore décider de l’issue des prochains grands tournois.»