Masters de Londres

12 novembre 2014 22:35; Act: 13.11.2014 11:06 Print

Rookies à la peine parmi les maîtres

par Oliver Dufour, Londres - Kei Nishikori, Milos Raonic et Marin Cilic n’ont ramassé que des miettes jusqu’ici. Au Masters de Londres, l’expérience prime.

storybild

Le Canadien Milos Raonic a subi deux défaites cinglantes lors de ses deux premières rencontres. (Photo: EPA)

Sur ce sujet
Une faute?

Si l’on excepte l’entrée en matière réussie de Kei Nishikori, qui avait surpris en ouverture de tournoi un Andy Murray encore endormi, les trois bleus des World Tour Finals ont jusqu’ici vécu de sèches défaites. Ainsi, Milos Raonic et Marin Cilic ont plié à deux reprises, le Japonais une fois. En regard de cette situation, se qualifier pour les demi-finales sera une tâche très compliquée pour ces rookies.

Joueur le plus titré du Masters, avec 6 trophées, Roger Federer juge utile l’expérience de ce rendez-vous particulier. «Ça aide de s’être déjà qualifié et d’avoir expérimenté le système du Round Robin, parce que ça a une saveur différente de ce qu’on fait d’habitude, précise le Bâlois. Moi, je joue bien en poules. Je le vois comme un avantage.»

Milos Raonic, lui, estime qu’il vaut mieux faire abstraction du cadre. «Tu entres sur le court et tu joues chaque match comme si tu étais dans un tournoi à élimination directe. Il n’y a pas d’autre façon de faire. Si tu y vas en espérant que tu pourras perdre un match et peut-être passer quand même, les choses ne peuvent que mal se terminer.»

Le Canadien, Nishikori et Cilic conservent tous les trois un mince espoir de jouer encore samedi. Ils se motiveront peut-être en sachant que depuis les origines du rendez-vous des maîtres, en 1970, au moins un néophyte s’est qualifié pour le tour intermédiaire (demis ou quarts de finale) chaque année, sauf dans 12 éditions (en 1970, 1971 (pas de tour intermédiaire lors des deux 1res éditions) 1977, 1986, 1987, 1989, 1990, 1994, 2004, 2010, 2011 et 2012).

On rappellera que les trois joueurs suisses à avoir disputé le Masters dans l’histoire sont de bons élèves, puisque tant Jakob Hlasek (1988) que Roger Federer (2002) et Stan Wawrinka (2013) ont atteint les demi-finales lors de leur première apparition.