Tennis - Coupe Davis

24 février 2015 12:23; Act: 24.02.2015 12:27 Print

Une sélection suisse sans surprise

Yann Marti (ATP 294), Adrien Bossel (ATP 324), Henri Laaksonen (ATP 344) et Michael Lammer (ATP 542) défendront les couleurs de la Suisse les 6, 7 et 8 mars prochain à Liège.

Sur ce sujet
Une faute?

En l'absence de Roger Federer, de Stan Wawrinka et de Marco Chiudinelli qui se remet d'une opération du coude, le capitaine Severin Lüthi a retenu contre la Belgique quatre joueurs qui «sont capables d'inquiéter et même de battre des adversaires mieux classés». Le choix du Bernois répond à une certaine logique. Il aura une semaine pour forger une confiance nouvelle à Marti et à Laaksonen, les deux joueurs appelés très certainement à affronter en simple David Goffin (ATP 21) et Steve Darcis (ATP 105). Le Valaisan, qui sera le seul néophyte de l'équipe, et le Schaffhousois n'ont pas réussi un début de saison vraiment convaincant.

Deux juniors intégreront également l'équipe lors de ce premier tour. Le Genevois Johan Nikles et le Zurichois Marko Osmakcic, qui furent tous deux en lice le mois dernier dans le simple juniors de Melbourne, ont été retenus par le capitaine pour jouer les sparring-partners.

Tenante du titre, la Suisse ne peut pas, sur le papier, nourrir de véritable ambition à Liège. Sans les deux héros de Lille, sa tâche apparaît insurmontable. Une défaite lors de ce premier tour obligera les Suisses à disputer un barrage de promotion/relégation, un exercice auquel ils sont habitués depuis des années.

«Un lourd fardeau»

Depuis Dubaï, Roger Federer a indiqué lundi qu'«il espérait que Stan Wawrinka sera présent en septembre pour ce barrage afin que l'équipe assure son maintien». Même s'il n'a pas officiellement annoncé à Swiss Tennis qu'il ne jouerait pas cette année en Coupe Davis, ce discours laisse entendre qu'il ne faudra pas vraiment compter sur lui en septembre... Mais avec le flou qu'il a toujours entretenu dans sa communication sur la Coupe Davis, il ne faut jurer de rien. On se souvient, ainsi, que l'an dernier, il avait dans un premier temps affiché son intention de renoncer à jouer le premier tour en Serbie avant de monter dans l'avion avec Stan Wawrinka pour Novi Sad.

«La Coupe Davis a toujours été un lourd fardeau pour moi», poursuit le Bâlois. «Swiss Tennis et la Fédération Internationale ont fait pression sur moi, au point d'éveiller chez moi un sentiment de culpabilité de ne pas la jouer. L'an dernier, je l'ai jouée avant tout plus pour Wawrinka, Chiudinelli et Lammer que pour moi-même. Je voulais qu'ils la gagnent. Ils le méritaient».

Mais le Bâlois aurait-il pu terminer sa carrière sans gagner l'un des deux grands titres qui ne figurent pas à son formidable palmarès ? Le dernier qui lui manque est le titre individuel aux Jeux olympiques. L'an prochain à Rio, le Bâlois aura sa chance dans un tournoi qui se déroulera sur dur et non sur terre battue. Pour être éligible aux Jeux olympiques, Roger Federer doit encore disputer une rencontre de Coupe Davis d'ici l'été 2016. Celle qui s'inscrira le mieux dans son calendrier est le barrage de septembre prochain...

S'il renonce à s'aligner en Coupe Davis ces quinze prochains mois, Roger Federer aura la possibilité de demander une wild-card pour disputer une cinquième fois le tournoi olympique.

(ats)