Voyeurismus pur: Website bläst zur Jagd auf Hinterteile
Aktualisiert

Voyeurismus purWebsite bläst zur Jagd auf Hinterteile

Die Internetseite shootmybooty.com entzweit zur Zeit die Romands. Sie sind aufgerufen, die Popos von schönen Frauen zu fotografieren und hochzuladen. Dort kann sie dann jeder bewerten. Lesen Sie hier den Artikel auf Französisch.

von
Côme Gallet

Un employé de Genève a monté un site destiné à la gente masculine qui propose les photos des plus beaux postérieurs de ces dames. Une idée qui n'est pas du goût des féministes.

«C'est parti d'un gros délire entre potes». Un Français qui travaille à Genève a mis au point shotmybooty, site sur lequel on peut envoyer des photos des plus belles fesses croisées dans la rue. Le principe de ce «Fessebook» est simple: partager, commenter et voter pour les plus beaux derrières. «Je développe cela avec mon cousin qui travaille aussi à Genève», raconte cet habitant d'Annecy qui préfère rester anonyme «pour entretenir le mystère».

Une majorité de fesses de Genevoises

«Le site est toujours en développement mais on est prêt à accueillir le grand public, détaille-t-il. Tous les clichés sont vérifiés et anonymisés avant publication, nous traquons les 'Fake' (fausses informations, n.d.l.r)». Avant d'ajouter, conscient de flirter avec le politiquement incorrect: «le but n'est pas de choquer ou de vexer.» Le jeune homme fourmille d'idées. Une fonction mappemonde, avec coordonnées GPS du lieu de prise des photos, est en préparation. Mais il l'assure: «la majorité des paires de fesses viennent de Genève, car c'est surtout mon entourage qui se connecte pour l'instant.»

Application smartphone en préparation

Le développement d'applications pour smartphone est en cours. Celle Android devrait être bientôt prête. Les contraintes de validation sont plus compliquées sur l'App Store. «Je sais que le contenu ne va pas plaire, il va falloir montrer patte blanche et prouver que ce n'est pas pornographique», anticipe-t-il. Le Français espère aussi ajouter une spycam, permettant de prendre des photos en toute discrétion.

Féministe outrée

Stéphanie Apothéloz, co-fondatrice de l'association Feminista, active dans la région lausannoise se dit «consternée» par le contenu sexiste du site. «C'est ramener les femmes à une paire de fesse», s'insurge-t-elle lorsqu'on lui explique le principe. «C'est graveleux et idiot, j'espère vraiment que cela ne va pas marcher, ajoute-t-elle en faisant le parallèle avec la haine raciale. Les clichés ont beau être anonymisés, les femmes prises en photos, elles, se reconnaîtront.»

Deine Meinung